blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Montréjeau

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Montréjeau

PONLAT-TAILLEBOURG REFUSE LE RPI

Le 15/01/2007

Patrick Doucède, le Maire de Ponlat-Taillebourg
Patrick Doucède, le Maire de Ponlat-Taillebourg 

Article paru dans "Le Petit Journal" du jeudi 12 janvier 2006

 

Les parents d’élèves votent contre le Regroupement Pédagogique Intercommunal

 

 

PONLAT-TAILLEBOURG REFUSE LE RPI

  

 

     Le Pays de Comminges-Pyrénées est une vaste zone rurale pour 80% de son territoire, avec, comme dominante, l’appauvrissement général de la densité de sa population, vieillissante (12000 personnes aura plus de 75 ans dans moins de quatre ans, sur 71000 habitants). Ce fait est particulièrement sensible dans les toutes petites communes, isolées dans nos campagnes ou nos montagnes. Pourtant, à l’entrée de Montréjeau, l’une d’elles a plus de chance que les autres…

 

Patrick Doucède est un maire (UMP) particulièrement heureux. Sa commune, Ponlat-Taillebourg, affiche un bilan extraordinairement positif concernant l’augmentation de sa population. Des 467 habitants affichés lors du dernier recensement, il devrait frôler les 600 à la fin de l’année 2006. Cette croissance, exceptionnelle si l’on tient compte du solde négatif de la majorité des communes avoisinantes, est en partie liée à une grande chance géographique. Ponlat est en effet au cœur de la jonction autoroutière de l’axe Nord-Sud, par le Val d’Aran, avec l’axe Est-Ouest de l’autoroute A 64 Toulouse-Bayonne. Et c’est à son niveau que se situe d’ailleurs l’échangeur en provenance de la route d’Espagne qui a suscité, lors de son ouverture, une polémique (car l’automobiliste qui s’engage au niveau du rond-point de Seilhan sur cette voie gratuite, est condamné à prendre l’autoroute, et donc à payer, toute sortie par cette bretelle sur la RN 117 étant impossible au niveau de Ponlat. Une sorte de Lestelle bis…).

 

Sa proximité avec les deux Chefs Lieux de Cantons que sont Montréjeau et Saint-Gaudens, fait donc de cette petite commune un lieu résidentiel particulièrement apprécié par celles et ceux qui travaillent dans ces villes, et qui désirent se retirer rapidement dans le calme de nos campagnes. D’où cet accroissement de population qui permet aujourd’hui à Patrick Doucède de prétendre à l’ouverture d’un deuxième poste de Professeur des Ecoles.

 

Avec actuellement 27 élèves dans une classe unique CP-CM2, une convention liait cette commune à celle de Clarac pour les 8 enfants de Ponlat en classe de Maternelle. Avec une prévision de 9 enfants supplémentaires dans le village pour la rentrée 2006, ce qui porterait l’effectif total à 38 enfants, maternelle comprise, le maire a entrepris de saisir l’inspection académique, pour la création d’un nouveau poste, tout en dénonçant, au passage, la Convention qui le liait à Clarac. Et de s’asseoir donc sur le vote des parents d’élèves : « Nous avons organisé un vote uniquement avec les 24 parents d’élèves, avec, comme question, êtes-vous pour un RPI ? 20 se sont prononcés contre, et 4 pour. En tant que maire, j’ai donc saisi l’inspection, et obtenu ce poste ».

 

Sauf que poser cette question à seulement 4,2% d’une population sur ce sujet majeur de service public qui est l’enseignement scolaire en milieu rural, laisse, et dubitatif, et interrogatif : Cette question fondamentale pour l’avenir de ce village, et de ceux environnants, n’aurait-elle pas mérité d’être posée à la totalité des 570 habitants, y compris aux enfants, en explicitant ce qu’était cette mutualisation des moyens qui est proposée au travers des Regroupements Pédagogiques Intercommunaux (RPI) ? Car, et outre l’aspect positif de cette mutualisation pour les communes adhérentes, ce « brassage local » des enfants des différents villages les engage aussi, pour l’avenir, et au plus tôt, dans une démarche saine d’une vraie socialisation de proximité.

                                                                                    Jérôme HOTTA